L’enseignant et l’étudiant du futur


CONTEXTE

Dans les grandes écoles où il n’y a plus vraiment de sélection ni d’enjeu, on observe souvent un désintérêt de la part des étudiants pour la formation qu’ils reçoivent, se traduisant par un fort taux d’absentéisme, voire de la tricherie. L’enseignant se sent souvent démuni, et ses tentatives de modernisation de l’enseignement ne sont pas toujours couronnées de succès. Or, il n’est pas admissible de ne pas rentabiliser au maximum, tant en termes de connaissances que de compétences pour l’étudiant, l’effort financier fait par le contribuable et la famille de l’étudiant.

 

OBJECTIFS

Il est à la mode de parler d’innovation pédagogique, de technologies pour l’enseignement… Dans cet atelier, on commencera par faire un inventaire des propositions existant dans ce domaine, et on pourra faire de nouvelles propositions. On s’interrogera sur le projet pédagogique d’une grande école, les moyens à mettre en œuvre pour l’atteindre. Faut-il toujours un enseignant physiquement présent devant l’étudiant ? Si oui, dans quel contexte ? Quelle est la place des technologies ?

 

LIVRABLES

Le groupe de 40 étudiants sera scindé en 4 sous-groupes préparant chacun un sketch de 10 minutes mettant en scène le fruit de ses réflexions. Il sélectionnera, en début d’après-midi du 17 mars, parmi les quatre sketches, celui qui sera joué lors de la restitution. On s’attachera à traiter avec humour l’opposition entre ce format désuet et les objectifs modernistes de cet atelier.

 

MOTS-CLES

Enseignement, innovation

 

RESPONSABLES PEDAGOGIQUES

Eric LE CARPENTIER, ECN